Nous pensons que le théâtre est un médium permettant à la fois le partage, la rencontre avec l’autre et l’expression créative. Pour les réfugiés, qui doivent faire face à des démarches administratives complexes et à la différence culturelle après des parcours migratoires difficiles, il nous semble légitime en tant qu’artistes de leur proposer un espace où la parole et le corps ne sont pas seulement soumis à l’impératif d’adaptation, et où le langage -le leur et le nôtre- peut se chercher et s’épanouir dans un espace libre et bienveillant : la scène.

Nous ferons des liens avec d’autres disciplines de l’art vivant telles que la danse, le chant, la musique, à travers la programmation d’ateliers ponctuels, animés par d’autres intervenants.

Principes et esprit de notre équipe

Il s’agit de créer un cadre au sein duquel les réfugiés pourront s’exprimer librement et de manière créative, se détendre et s’amuser. Ce sera également un espace de rencontre, de prise de parole et d’écoute. Il nous semble en effet important de donner une place et une valeur à la parole des migrants, souvent annulée ou dénigrée dans leur parcours administratif, et de leur donner la possibilité de se positionner en tant que sujet/créateur. Nous souhaitons mettre en place un espace où une prise de parole sans contrainte est possible. La présence dans notre équipe d’une psychologue nous apparaît alors judicieuse et même nécessaire.

Il nous tient également à coeur d’inscrire cet atelier dans une démarche active avec tous les participants. Nous souhaitons nous confronter à leurs attentes et à leurs envies afin que celles-ci fassent évoluer l’atelier là où eux seuls peuvent l’emmener. Celui-ci évoluera avec et grâce à tous les participants et toutes les personnes responsables de ce projet. Les réfugiés qui le souhaiteront pourront intégrer l’équipe responsable de cet atelier, et participer à son organisation ainsi qu’à sa gestion.

Cet atelier sera l’occasion pour les réfugiés de mettre en application ce qu’ils auront apprit en cours de français, en pratiquant la langue dans un cadre ludique, et en s’exerçant à travers des ateliers d’écriture.

Nous ne prétendons pas former des gens au théâtre et ne souhaitons pas imposer une présentation des travaux des participants devant un public. Nous pourrons toutefois envisager cette possibilité si les participants eux-mêmes en expriment le désir.

Public concerné

  • Réfugiés, à Paris et ses alentours, mais aussi d’autres acteurs, danseurs, étudiants, afin de créer une dynamique plus large et que la mixité existe aussi chez les participants.
  • 5 à 15 participants par séance.

Format des séances

Ateliers de 3h afin que chacun ait l’occasion de s’exprimer. Les premières séances seront animées par les membres de l’équipe de référence (Elsa Kramarz, Victoria Bracquemart et Jeanne Casilas). Des intervenants viendront ensuite animer ponctuellement des ateliers, sur une ou plusieures séances, en proposant une démarche qui leur est propre. Au moins un membre de l’équipe de référence sera présent lors de chaque atelier.

Types d’exercices proposés : exercices d’improvisation, d’écoute; travail à partir de textes en français ou dans d’autres langues (dialogues, chansons, …); chant; danse; relaxation; mime; clown; ateliers d’écriture, etc.

D’une certaine façon, l’art est une pratique aveugle. Je vois là une possibilité: utiliser le théâtre pour de tout petits groupes (…) afin de produire des espaces d’imagination, des lieux de liberté pour l’imagination. Contre cet impérialisme d’invasion et d’assassinat de l’imagination par les clichés et les standards préfabriqués des médias, je pense que c’est une tâche politique de première importance, même si les contenus n’ont absolument rien à voir avec les données politiques.
Heiner Müller