Le Pole Accompagnement vers l’Emploi du BAAM accompagne des personnes migrantes dans leur recherche d’emploi ou de formation professionnelle.

Le premier entretien permet de déterminer le profil de la personne, le projet et les freins à celui-ci. Différentes aides sont par suite envisagées :

  • Aide à la réalisation de CV et de lettres de motivation
  • Préparation de l’entretien d’embauche
  • Recherche de centre de formation, d’entreprises et de boîtes d’intérim.
  • Aide aux démarches liées à Pôle Emploi
  • Orientation vers les structures et dispositifs de droit commun ou vers les autres pôles du BAAM.

Quand ?

À partir du 21 septembre 2018, la permanence a lieu le vendredi à 18h30. Sans rendez-vous.
Il est préférable d’avoir des bases de français.

Où ?

Centre d’animation MJC Paris-Mercoeur,
4 rue Mercoeur – Paris 75011

Accès : Métro Voltaire (Ligne 9)

Plus d’information : baam.emploi@gmail.com

Informations sur les dispositifs de droit commun

Nous vous informons ici sur les dispositifs de droit commun qui conviennent selon nous le mieux pour permettre aux migrant.es (réfugié.e.s, sous protection subsidiaire, ou titulaires d’un titre de séjour les autorisant à travailler) d’avancer dans leurs démarches.

Pour les moins de 26 ans

La Garantie jeunes

L’objectif de la Garantie jeunes est d’amener les jeunes en situation de précarité vers l’autonomie grâce à un parcours d’accompagnement global social et professionnel, vers et dans l’emploi ou la formation.
La Garantie jeunes s’adresse en priorité aux personnes : qui ne sont ni en emploi, ni en en étude, ni en formation dont les ressources ne dépassent pas le plafond du Revenu de solidarité active (RSA) ;
L’inscription se fait par le biais de la Mission locale, après un entretien avec un.e conseiller.e. Une commission valide l’inscription du jeune.

La Garantie jeunes permet :

  • d’accéder à de premières expériences professionnelles et à des formations.
  • de percevoir une allocation forfaitaire mensuelle ;
  • de résoudre ses difficultés en matière de mobilité, de santé, de logement, etc.

L’accompagnement se déroule sur une période d’un an.
L’allocation perçue (jusqu’à 480,02 euros) est cumulable avec salaires s’ils ne dépassent pas 300,00 € par mois. Au-delà de ce plafond, l’allocation est dégressive.

Les écoles de la deuxième chance (E2C)

Les écoles de la 2e chance visent à assurer l’intégration professionnelle et sociale de jeunes sortis du système éducatif sans diplôme ni qualification.
Le parcours au sein d’une E2C doit notamment permettre la maîtrise des savoirs de base (lire, écrire, compter, notions d’informatique,…) et l’élaboration d’un projet professionnel.
Le jeune peut contacter directement l’école la plus proche de son domicile, ou s’inscrire par l’intermédiaire de sa Mission Locale ou du Pôle Emploi.
Les inscriptions peuvent être enregistrées tout au long de l’année.
L’accompagnement et la formation sont individualisés.
La formation dure en moyenne entre 6 mois et 10 mois. La durée hebdomadaire d’activité est fixée à 35 heures.
Une fois inscrit, le jeune bénéficie du statut de stagiaire de la formation professionnelle, d’une indemnisation ainsi que d’une protection sociale.
L’école et ses partenaires peuvent par ailleurs trouver des solutions si le jeune rencontre des difficultés liées au  transport, à l’hébergement ou à la restauration.

Sans condition d’âge

Les structures d’Insertion par l’Activité Économique (SIAE)

Les structures d’insertion par l’activité professionnelle permettent aux personnes éloignées de l’emploi et rencontrant des difficultés sociales et professionnelles de suivre un parcours de transition basé sur une mise en situation professionnelle rémunérée et un accompagnement socio-professionnel. Des formations peuvent être suivies sur le temps de travail.

Les structures de l’IAE sont diverses :

  • Les Associations Intermédiaires mettent à disposition leurs salariés en insertion auprès de particuliers, d’associations, de collectivités locales et d’entreprises pour la réalisation de travaux  comme du ménage, de l’entretien d’espaces verts.
  • Les Entreprises de Travail Temporaire d’Insertion embauchent des personnes, dans le cadre d’un contrat de travail temporaire pour une mise à disposition dans les entreprises. Elles proposent un suivi social et professionnel pendant et en dehors des missions.
  • Les Ateliers Chantiers d’Insertion proposent comme support de travail des activités d’utilité sociale.
  • Les Entreprises d’Insertion sont des entreprises du secteur marchand qui produisent des biens ou des services destinés à être commercialisés sur un marché.

Les salariés en parcours d’insertion ne sont pas choisis à partir de critères purement administratifs. Il s’agit bien, d’après le code du travail, de « personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières ».

Pour pouvoir être embauché par une SIAE, il est nécessaire de disposer d’une fiche de liaison (Fiche IAE N°2) fournie par Pole Emploi ou la Mission Locale après un entretien.

Les Périodes de Mise en Situation en Milieu Professionnel (PMSMP)

Il s’agit de bénéficier d’une expérience professionnelle en vue de :

  • découvrir un métier  ou un secteur d’activité
  • confirmer votre projet professionnel grâce à des situations réelles de travail,
  • initier un parcours d’embauche pour accéder à un emploi ou dans le cadre d’une reconversion.

Vous êtes concernés que vous soyez demandeur d’emploi ou inscrit dans un parcours d’insertion.
Cette mesure doit être accompagnée par l’organisme qui vous accompagne : votre conseiller Pôle emploi, votre Mission Locale, une structure d’insertion par l’activité économique (SIAE) pour les salariés en insertion.
Vous signez une convention avec l’organisme prescripteur et la structure d’accueil qui précise les conditions de votre activité dans cette structure (durée, fonctions exercées, horaires…).

L’immersion professionnelle se déroule dans une structure d’accueil (entreprise, association..), dans laquelle :

  • vous êtes accompagné par une personne chargée de vous aider, vous informer, vous guider et vous évaluer,
  • vous avez accès aux mêmes avantages collectifs (restaurant d’entreprise, moyens de transport…) que les salariés de la structure d’accueil.

Pendant la période d’immersion professionnelle dans la structure d’accueil :

  • vous conservez votre indemnisation si vous êtes demandeur d’emploi,
  • vous bénéficiez d’une couverture sociale, en particulier en cas d’accident du travail,
  • vous respectez les règles applicables aux salariés : règlement intérieur, durée du travail, hygiène et sécurité…